top of page

L'impact direct de la guerre sur notre pouvoir d'achat


Le conflit entre la Russie et l’Ukraine s'installe, déjà plus d'un mois.... Il ne saurait être sans impact sur l’économie des autres pays … Plusieurs produits du quotidien risquent de coûter bien plus cher dans les prochains mois…


Le gaz : l’Europe importe 46,8 % de son gaz de Russie, et une partie de ce gaz transite par l’Ukraine, malheureusement les 3 gazoducs traversant l’Ukraine sont aujourd’hui fermés.

La Russie possède les plus grandes réserves au monde et occupe la deuxième place des principaux pays producteurs, derrière les Etats-Unis. La dépendance est variable selon les pays : la Lettonie se fournit ainsi exclusivement (100 %) en Russie, la Finlande (98%) également.

D’autres pays importent majoritairement du gaz russe. C’est le cas de l’Allemagne (66%) et de la Pologne (55 %). En France, moins de 20 % du gaz importé provient de Russie.

L’Europe n’a actuellement aucune solution de remplacement si les importations de gaz venues de Russie devaient cesser !

D’après certains économistes, selon le degré de dépendance à l’énergie russe, la facture énergétique annuelle des ménages atteindra :

  • 3 400 euros en Allemagne (+500 euros par rapport aux estimations d’avant crise)

  • 3 000 euros au Royaume -Uni (+ 400 euros par rapport aux estimations d’avant crise)

  • 2 800 euros en France (+ 400 euros par rapport aux estimations d’avant crise)

  • 2 000 euros en Italie (+300 euros par rapport aux estimations d’avant crise) et en Espagne (+ 400 euros par rapport aux estimations d’avant crise).


Le carburant, dont les prix sont déjà à des sommets historiques devrait coûter de plus en plus cher. La Russie est le deuxième exportateur de pétrole dans le monde, derrière l’Arabie Saoudite.


L’Europe importe aujourd’hui environ 2,5 millions de barils de pétrole de Russie par jour et les Etats-Unis quelque 700 000 barils.

Les pays de l’Union Européenne les plus vulnérables sont l’Allemagne, les Pays Bas et la Pologne.

Ils représentent 48 % de toutes les exportations de pétrole brut en provenance de Russie.

En cas d’interruption partielle des livraisons de pétrole russe, les autres grands pays producteurs ne pourraient compenser que dans une mesure limitée !


Le blé : La Russie et l’Ukraine, longtemps baptisée « le grenier à blé de l’Europe », représentent un quart des exportations mondiales du blé. La tonne de blé dépasse les 250 euros , du jamais vu depuis janvier 2013. Va-t-il falloir renoncer à la baguette ou faire des réserves de pâtes dans les prochaines semaines ?


Les céréales : le litre d’huile de colza, de tournesol ou de palme coûtera forcément plus cher : l’Ukraine compte parmi les plus gros producteurs (7 millions de tonnes pour le tournesol).


Les produits à base de cochon coûteront bientôt plus cher. Le surcoût producteur attendu est de 15 € en moyenne. Pour les consommateurs, comptez 4 centimes de plus la barquette de jambon. Le porc n’est pas la seule viande à coûter d’avantage. La viande blanche s’avère aussi plus onéreuse … puisqu’un surcoût de 55 centimes est attendu en sortie de ferme, auquel s’ajoute un second surcoût de 22 centimes. Les oeufs aussi coûteront bientôt plus cher.

Il en est de même pour tous les produits émanant de la vache … la viande mais aussi le beurre ou le lait dont le litre pourrait prendre plusieurs centimes.


Les engrais, quoique peu utilisés par les particuliers, font partie des produits de l’élevage qu’il faudra payer plus cher. La Russie représentait 15 à 25 % du marché mondial.

Le nickel, mais aussi le titane, l’acier ou l’aluminium, la plupart des métaux industriels flambent sur le marché de Londres depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie, en raison notamment des sanctions appliquées par l’Occident à La Russie, pourvoyeur de ces métaux


Face à la hausse des carburants, des prix de l’énergie, des prix de l’alimentaire, les conséquences des hausses du coût des premières, de la crise énergétique …

Quelles solutions pour limiter les dégâts ?

Devenir producteur d'énergie pour ne plus subir les hausses du prix de l'énergie :





Posts récents

Voir tout

Commentaires


bottom of page