top of page

Ca va faire mal !!


Le gouvernement a annoncé qu’un nouveau bouclier tarifaire permettrait de limiter « les hausses de prix à 15% pour le gaz en janvier 2023 et à 15 % pour l'électricité en février 2023 » pour « tous les ménages, les copropriétés, les logements sociaux, les petites entreprises et les plus petites communes ».


La flambée des prix de l’énergie en Europe, depuis la reprise post-covid au 2e semestre 2021 et surtout depuis le début de l’invasion russe en Ukraine. L’augmentation des prix de l’électricité était redoutée, elle est désormais officielle. Les prix de gros de l’électricité en Europe ont explosé, dépassant parfois 1000 euros le mégawatt/heure contre moins de 50 euros.

« Ces augmentations vont conduire à une hausse moyenne des factures de l’ordre de 25 euros par mois pour les ménages qui se chauffe au gaz, au lieu d’environ 200 euros par mois sans bouclier tarifaire ; et à une augmentation moyenne de l’ordre de 20 euros par mois pour les ménages qui se chauffe à l’électricité, au lieu de 180 euros par mois, sans boucher tarifaire », a fait valoir Elisabeth Borne. Mais un « accompagnement spécifique » sera mis en place pour « aider les plus modestes », avec des « chèques énergie exceptionnels » de 100 à 200 euros qui seront « versés d’ici la fin de l’année » à destination de 12 millions de foyers.


Le bouclier appliqué depuis l’automne 2021, avec blocage des prix du gaz, hausse limitée à 4% de ceux de l’électricité et remise carburant à la pompe, a déjà coûté 24 milliards d’euros aux finances publiques, sans compter le 8 milliards de compensations versées à EDF. Le coût du nouveau bouclier tarifaire coûtera 16 milliards d’euros net pour les finances publiques (dont 11 milliards pour le gaz) en 2023 tandis que le chèque énergie représente un coût de 1,8 milliards d’euros pour l’Etat.





Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page