top of page
  • christellefebvre2

Faire plus et mieux, avec moins !


Réparation de produits usagés, commerce de vêtements d’occasion, aliments biologiques, récupération de la chaleur des eaux usées … l’économie circulaire est un modèle économique qui consiste à produire des biens et des services de manière durable. Son objectif est de limiter le gaspillage des ressources et la production des déchets. Basé sur une gestion durable des ressources (eau, bois, pétrole) et sur de nouveaux modes de production et de consommation, le modèle circulaire s’oppose au modèle du « tout jetable ».


Préservation des ressources, de notre environnement, de notre santé, permettre le développement économique et industriel des territoires, réduire les déchets et le gaspillage : l’économie circulaire est un modèle économique qui vise à répondre à ces enjeux.


L’économie circulaire fait partie du champ de l’économie verte. Les enjeux de l’économie circulaire sont à la fois environnementaux, économique et sociaux.


Elle nécessite de progresser dans plusieurs domaines.

  • L’approvisionnement durable concerne le mode d’exploitation et d’extraction des ressources. Il vise la mise en oeuvre d’une politique d’achats responsables destinées à limiter les rebuts d’exploitation et l’impact environnemental de l’exploitation des matières énergétiques et minérales (mines et carrières) ou de l’exploitation agricole et forestière.

  • L’éco-conception : prendre en compte des impacts environnementaux sur l’ensemble du cycle de vie d’un produit et les intégrer dès sa conception.

  • L’écologie industrielle et territoriale : mettre en synergie et mutualiste entre plusieurs acteurs économiques les flux de matières, d’énergie, d’eau, les infrastructures, les biens ou encore les services afin d’optimiser l’utilisation des ressources sur un territoire.

  • L’économie de fonctionnalité : privilégier l’usage à la possession, vendre un service plutôt qu’un bien.

  • La consommation responsable : prendre en compte les impacts environnements et sociaux à toutes les étapes du cycle de vie du produit dans les choix d’achat, que l’acheteur soit public ou privé.

  • L’allongement de la durée d’usage des produits par le recours à la réparation, à la vente ou à l’achat d’occasion, par le don, dans le cadre du réemploi et de la réutilisation.

  • L’amélioration de la prévention, de la gestion et du recyclage des déchets, y compris en réinventant et en réutilisant les matières issues des déchets dans le cycle économique.



La loi anti-gaspillage pour une économie circulaire a été promulguée le 10 février 2020. La loi se décline autour de 5 grands axes :


  • Sortir du tout jetable

  • Mieux informer les consommateurs

  • Lutter contre le gaspillage et pour le réemploi solidaire

  • Agir contre l’obsolescence programmée

  • Mieux produire

La loi fixe de nouveaux objectifs, comme la fin du plastique jetable d’ici à 2040. Pour y parvenir, elle introduit des interdictions progressives pour réduire l’utilisation du plastique à usage unique. Plusieurs mesures visent également à mieux informer les consommateurs comme l’harmonisation des couleurs des poubelles, la mise en place d’un logo unique (Triman) pour faciliter le geste de tri ou le développent de l’affichage environnemental. La loi inscrit également l’interdiction d’éliminer les invendus non alimentaires et renforce la lutte contre le gaspillage alimentaire. Un indice de réparabilité est crée afin de lutter contre l’obsolescence programmée. Enfin un volet important de la loi est consacré à la refonte des filières soumises à la responsabilité élargie du producteur : création de nouvelles filières, meilleure transparence, nouveaux objectifs …



Les objectifs de la feuille de route économie circulaire :



  • Réduire la consommation de ressources liée à la consommation française : réduire de 30 % la consommation de ressources par rapport au PIB d’ici à 2030 par rapport à 2010.

  • Réduire de 50 % les quantités de déchets non dangereux mis en décharge en 2025 par rapport à 2010.

  • Tendre vers 100 % de plastiques recyclés en 2025.

  • Réduire les émissions de gaz à effet de serre : économiser l’émission de 8 millions de tonnes de CO2 supplémentaires en moins chaque année grâce au recyclage du plastique.

  • Créer 500 000 emplois supplémentaires, y compris dans des métiers nouveaux.





Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page