top of page
  • christellefebvre2

Aurons-nous assez d'énergie pour passer l'hiver ?


Entre janvier et juillet 2022, le prix du Mwh est passé de 81,08 euros à 526,90 euros.


Le contexte géopolitique joue un rôle crucial dans cette hausse et la guerre en Ukraine est un des facteurs qui fait augmenter les tarifs. L’autre facteur aggravant des prix de l’électricité dans l’hexagone réside dans la vétusté des infrastructures nucléaires. Lire notre article


Dès le mois de mars 2022, l’AIE préconisait 10 mesures phares à mettre en place pour être en mesure de se dispenser des énergies fossiles russes. Parmi elles, on comptait notamment :

  • La réduction de la vitesse de circulation sur les autoroutes

  • L’incitation au télétravail à raison de 3 jours par semaine

  • La mise en place de « dimanches sans voitures » en ville

  • L’incitation à la « micro-mobilité » (marche, vélo, bus …) en rendant notamment les transports en commun moins onéreux

  • Une circulation alternée 2 jours par semaine

  • L’encouragement au covoiturage

  • Rendre les services de transports plus efficaces en ne laissant pas les camions rouler à vide

  • Prendre le train plutôt que l’avion pour les trajets de moins de 1000 km.

  • Organiser une visioconférence plutôt qu’un voyage en classe affaires

  • Se tourner vers la mobilité électrique.


Une pénurie est donc à craindre en France cet hiver. L’Etat français invite tous les citoyens à adopter une attitude de sobriété énergétique.

A quoi faut-il s’attendre ?


  • Alors que le prix du pétrole - comme celui du reste des ressources énergétiques - bat des records, les règles de circulation font l’objet de la plus vive attention. En effet, les voitures particulières représenteraient pas moins de 12% de la pollution liée au transport dans l’UE et l’éco-conduite permettrait quant à elle de réduire immédiatement la consommation d’essence de 6 à 40 %.

  • Les entreprises pourraient connaître des coupures de gaz. En revanche, les foyers seraient épargnés.

  • Les Français pourraient connaître des coupures d’électricité : les sites prioritaires comme les hôpitaux, les prisons ou les sites de défense ne seraient pas concernés mais ces coupures pourraient toucher autant les logements que les entreprises

  • Les publicités lumineuses dans les gares ou les aéroports seraient sacrifiées.

  • Certaines activités pourraient être contraintes de cesser à cause de l’inflation : piscines, patinoires, stations de ski.


Les entreprises quant à elles multiplient les initiatives :


  • Fleury-Michon construit des ombrières photovoltaïques sur les parkings de toutes ses usines.

  • Les enseignes de la distribution se sont engagées à éteindre à compter du 15 octobre leur enseignes lumineuses à la fermeture des magasins, à réduire l’intensité lumineuse avant l’arrivée du public et abaisser la température ambiante des points de vente jusqu’à 17°. Ces mesures représente 6 % d’économie sur la facture énergétique. Lire notre article

  • L’installation de portes vitrées sur les linéaires de produits réfrigérés, qui permet de réduire de 25 % la facture énergétique.

  • l’Usine Toyota de Onnaing a deux projets pour atteindre 10 % d’économie d’énergie : la récupération de la chaleur des compresseurs pour chauffer les bains de traitements de surface avant l’application de l’anti-corrosion sur les véhicules et la mise en place de panneaux solaires sur 5 hectares sur les parkings.

  • La SNCF, grande consommatrice d’électricité, met l’accent sur « l’éco-conduite », une technique plus souple de conduite des trains. Ce qui permet de réduire jusque’à 10% la consommation d’énergie. Elle installe des lampes LED à grande échelle et joue sur l’éclairage et le chauffage des gares.

  • La mairie de Paris doit annoncer une réduction de l’éclairage nocturne de la Tour Eiffel d’un peu plus d’une heure. L’illumination nocturne représente 4 % de la consommation annuelle du monument.


Ne cédons pas au catastrophisme : même dans l’hypothèse « d’un hiver froid avec une coupure complète du gaz russe », une réduction de 10 % de la consommation d’énergie permettrait d’éviter tout rationnement ou coupure. C’est dans ce sens, qu’il est demandé aux français de « limiter le chauffage de leur logement à 19°C.


Les prix vont continuer à augmenter et la crainte d’une facture qui explose est plus que jamais présente !





Posts récents

Voir tout

Comentários


bottom of page